Danger des portables : “Il faudrait interdire le téléphone jusqu’à 14 ans”

Le Dr Marc Arazi s’intéresse depuis 2004 aux ondes émises par nos téléphone portables, aux critères des tests prévus par la loi pour protéger notre santé. Après des mois de procédure, il vient d’obtenir de l’ANFR la publication de tests alarmants quant aux émissions d’ondes des téléphones portables … des ondes classées « cancérogènes possibles pour l’homme » par l’OMS.

ARTICLE :

Après des mois de procédure contre l’Agence nationale des fréquences radio (#ANFR ), le lanceur d’alerte #MarcArazi a obtenu la publication de tests alarmants quant aux émissions d’#ondes des #telephonesportables. Il milite aujourd’hui pour une refonte complète du système de contrôle et de l’encadrement légal.

Après le chien, c’est le meilleur ami de l’homme. Les téléphones portables, que nous trimballons partout, zieutons plusieurs dizaines de fois par jour et conservons sans muselière au creux de notre poche ou de notre main, parfois jusque dans notre sommeil, pourraient-ils nous jouer un mauvais tour ? Au coeur des inquiétudes, les ondes qu’émettent nos chers portables. L’OMS les classe en tant que “cancérogènes possibles pour l’homme”. Faute de recul, l’impact de ces ondes à long terme demeure inconnu. Mais elles doivent tout de même respecter certaines normes.

En France, c’est l’Agence nationale des fréquences radio (ANFR) qui veille à la conformité des produits mis sur le marché. Mais, en 2016, l’agence a refusé de publier toute une série de tests effectués par l’Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail (Anses). Des tests d’émission d’ondes au contact du corps, et non à plusieurs millimètres comme c’est habituellement le cas. Or, lors de ces tests effectués en conditions réelles d’utilisation (on téléphone généralement avec le combiné collé à l’oreille et l’on pianote portable en main), les seuils limites étaient dépassés par une grande majorité d’appareils.

Face à la rétention d’information de l’agence de service public, Marc Arazi a entamé une série de procédures pour obtenir la publication des données. Dont on savait seulement que 89% des modèles testés dépassaient les normes. Certains, très largement. La publication est finalement intervenue au printemps dernier. Le Lanceur avait alors publié la liste des modèles les plus dangereux. Cette “faillite complète du système de contrôle”, dixit Marc Arazi, doit engendrer une prise de conscience et un durcissement de la législation, notamment pour protéger les plus jeunes, estime le lanceur d’alerte.

Entretien avec Marc Arazi

Le Lanceur : Êtes-vous un lanceur d’alerte ?

Marc Arazi : Je veux comprendre, c’est cela ma dynamique. Je voyais bien que quelque chose n’allait pas et voulais surtout que l’ANFR me donne les éléments pour que je puisse comprendre ce qu’il se passait. Au fur et à mesure que j’ai rencontré des résistances de l’autre côté pour ne pas les donner, j’ai compris qu’on était sur quelque chose de complexe. J’ai fait beaucoup de recherches à cette période-là, et les résultats m’ont paru alarmants. Dans la continuité, cela induisait d’alerter les populations. Derrière le lanceur d’alerte, il y a la démarche de médecin de signifier le risque pour qu’il soit connu d’un maximum d’utilisateurs dans le monde. Il y a quelque chose de l’ordre de la santé publique, pour que les personnes comprennent bien ce qu’il se passe. Quand on voit l’évolution depuis un an, on se dit qu’il y a un vrai intérêt pour cette thématique. D’un côté, on a le phonegate, avec une situation de faillite complète du système de contrôle, et dans le même temps l’émergence d’une meilleure visibilité du risque.

lire sur lelanceur.fr – publié le 13 septembre 2017

Découvrez d'autres articles :

  • Marc Arazi, le lanceur d’alerte du phonegateMarc Arazi, le lanceur d’alerte du phonegate Le Dr Marc Arazi se méfie des ondes du téléphone mobile depuis longtemps. Ancien élu et négociateur pendant 3 ans au Grenelle des Ondes, il s'est  de nouveau […]
  • Dr Marc AraziDr Marc Arazi « Distance is your best friend » est le maître-mot de Marc Arazi. Médecin généraliste de formation, ancien président et co-fondateur de MédiForce, puis Coordinateur […]
  • Les couches Pampers accusées de contenir des produits cancérogènesLes couches Pampers accusées de contenir des produits cancérogènes Des tests menés en laboratoire sur des couches de la marque Pampers, leader du marché, révèlent la présence de composants dérivés du pétrole, potentiellement dangereux […]
  • Yasmine Motarjemi, seule face à NestléYasmine Motarjemi, seule face à Nestlé Yasmine Motarjemi, scientifique, était en charge de la sécurité alimentaire à l’Organisation mondiale de la Santé (OMS). Repérée par Nestlé, elle fut engagée en 2000 […]

Laisser un message